SERA3 - Un pas de plus vers les étoiles


L’année 2016 a été particulièrement fructueuse pour la filière SERA du projet PERSEUS. Après le lancement réussi de SERA-2, le lanceur étudiant SERA-3 est destiné à être lancé au printemps 2017 depuis la base d’Esrange en Suède, comme ses prédécesseurs.

Qu’est-ce que SERA ?

La filière SERA est une série de fusées supersoniques expérimentales élaborées dans le cadre du projet PERSEUS, inaugurée avec le lancement de SERA-1 en 2014. Ce projet permet à des élèves ingénieurs passionnés et de tous horizons de construire et de concevoir des fusées étudiantes. Supervisé par le CNES, PERSEUS leur permet de découvrir le travail en équipe et la gestion de projet pour mener à terme un programme innovant.

SERA, troisième du nom…

SERA 3 se veut de dépasser les objectifs de SERA-1 et de SERA-2, en intégrant des difficultés et des objectifs nouveaux.
Si les caractéristiques du vol sont quasiment identiques à celles de SERA-1 (Mach 1.4 et altitude maximale de plus de 5km), SERA-3 se distingue par son architecture et sa taille. En effet, il s’agit de la fusée la plus lourde jamais lancée par le projet PERSEUS. Avec une longueur de 5m et une masse de près de 80kg au décollage (dont environ 1/3 de poudre), cette fusée fait figure de grande première dans le projet PERSEUS.

Pour la première fois, le projet PERSEUS lancera une fusée type « fagot », c’est à dire propulsée par trois moteurs pro98. Ces propulseurs devraient lui conférer une accélération au décollage comprise entre 10 et 12G ! La gestion de l’allumage synchrone de ces trois moteurs représente un défi inédit que doit relever l’équipe d’étudiants, aidée par des professionnels.
Le profil de la fusée est également complexifié : le fuselage ne s’apparente plus à un cylindre uniforme, mais intègre désormais une « jupe » qui relie le premier étage au deuxième étage.

Ces contraintes supplémentaires ont pour objectif de préparer la conception de fusées plus performantes, à propulsion bi-liquide Lox/Ethanol ou bi-étages.
Les fusées SERA emportent également diverses expériences et relèvent des mesures de pression en des endroits stratégiques.

Sur SERA-3 ont été ajoutés des capteurs de pression et de température inexistants sur SERA-2. Ces capteurs seront en particulier placés sur la peau et sur la jupe afin d’étudier les contraintes subies par ces parties du fuselage.
Deux charges utiles seront emmenées, l’une d’elles réalisée par l’Université Technologique de Luleå en Suède, la deuxième, par une association européenne, TFS (TechForSpace).

Un environnement riche

La ligne SERA permet aux étudiants de travailler au sein d’un large partenariat européen d’élèves et de chercheurs. Ce projet est réalisé en étroite collaboration avec plusieurs associations étudiantes dont le SCube (Supaero Space Section), l’ISS (Ipsa Space System), le CLC (Centrale Lyon Cosmos) et OCTAVE (Université d’Evry).

Les travaux sont encadrés par les membres des partenaires du projet PERSEUS : IPSA, MI-GSO et GAREF Paris PERSEUS et accompagnés par l’Université de Rennes.

Par ailleurs, la caractérisation de la poussée du moteur en configuration fagot et la synchronisation d’allumage des moteurs ont fait l’objet d’essais au centre du Fauga de l’ONERA.

Le Swedish Space Corporation donne, de son côté, un soutien important, essentiellement pendant la campagne de lancement.